Comment se débarrasser des acariens chez soi ?

Les acariens sont des petites bêtes présentes un peu partout dans la maison, et notamment dans la literie, la moquette ou les rideaux. Si les acariens sont de plus en plus présents dans les habitations, c’est parce que les intérieurs sont toujours plus chauffés, mieux isolés et hermétiquement fermés avec des doubles vitrages.

Ces bêtes microscopiques sont souvent responsables de problèmes allergiques et respiratoires chez les hommes, et c’est pourquoi il est important de s’en débarrasser, de prévenir leur apparition et d’empêcher leur prolifération.

Les allergies sont des hypersensibilités liées à des réactions immunitaires de l’organisme quand il se retrouve au contact avec un corps étranger présent dans l’environnement, même s’il est inoffensif. La substance responsable de la réaction allergique est appelée allergène, et les acariens en font partie. En France, plus de la moitié des allergies respiratoires sont en rapport avec la présence d’acariens dans la maison.

Nez qui coule, toux, problèmes respiratoires ou larmes aux yeux, plusieurs signes peuvent indiquer une allergie aux acariens. Alors, comment s’en débarrasser ? Comment limiter les risques d’allergies ? Quelle literie choisir ? Voici quelques éléments de réponse.

Les acariens, ces minuscules créatures qui élisent domicile dans nos maisons

se débarrasser des acariensLes acariens sont des arachnides microscopiques qui aiment les endroits chauds et humides, se terrent dans les fibres de laine, de plumes ou de tissus et se nourrissent de débris de peau humaine ou animale. Ces petites bêtes se nichent le plus souvent dans les matelas, les oreillers, les canapés, les rideaux ou les tapis.

Le plus grand garde-manger pour les acariens est sans doute la literie, à cause de la quantité de cellules de peau morte, de cheveux, de poils et d’ongles qui s’y trouve. Un lit peut être infesté par des millions d’acariens, et notamment durant les saisons froides, car ces créatures frileuses aiment se réfugier dans les endroits chauds pour proliférer. Il faut savoir que la durée de vie d’un acarien est de 50 à 100 jours environ, et que pendant cette période il peut pondre plusieurs dizaines d’œufs.

Dans un milieu chaud et humide, les acariens se reproduisent à une grande vitesse, surtout en absence d’aération, et de nettoyage, si les draps ne sont pas changés régulièrement ou si les vêtements s’entassent sans être rangés. La chambre à coucher est la pièce la plus propice à la prolifération des acariens, qui aiment se terrer dans les draps chauds, en se nourrissant des particules de cheveux ou de peau perdues par les dormeurs chaque nuit.

A lire  Comment lutter contre les incendies domestiques ?

Ces petits habitants qui élisent domicile dans nos maisons, sont à l’origine de nombreux problèmes respiratoires, cutanés ou oculaires, associés à des réactions allergiques de l’organisme. Invisibles à l’œil nu, les acariens sont capables de traverser le drap à partir du matelas, et de provoquer des problèmes comme des éternuements, des rougeurs aux yeux, des larmoiements, ou des troubles cutanés.

Quels sont les signes d’allergie aux acariens ?

Avec la poussière et le pollen, les acariens sont responsables de la majorité des réactions allergiques, impliquant des maladies respiratoires, ainsi que diverses affections de la peau et des yeux. Les symptômes de ces allergies sont généralement plus intenses et plus fréquents en hiver et en automne, car c’est là que les maisons sont moins aérées et plus chauffées. A l’inverse, les acariens se multiplient plus lors des périodes chaudes et humides, même si les réactions allergiques sont moins importantes.

Les allergies aux acariens se manifestent par des réactions liées à la respiration d’allergènes, telles que les éternuements, un écoulement nasal, des yeux qui grattent, des crises de toux nocturnes, voire même de l’asthme. Les signes sont souvent semblables à ceux des rhinites et des grippes.

Des problèmes de peau peuvent également survenir au contact avec les acariens, comme l’eczéma, des rougeurs, de la sécheresse et des démangeaisons.

L’allergie aux acariens s’installe généralement en deux temps, puisqu’elle commence par une phase de sensibilisation et se termine par une étape de révélation. La phase de sensibilisation passe généralement inaperçue, elle survient lorsque la personne entre en contact avec la substance allergène, ce qui oblige l’organisme à produire des anticorps.

Quant à la phase de révélation, elle concerne l’apparition des symptômes de l’allergie, à la suite d’une réaction inflammatoire déclenchée par les anticorps. Les signes se situent alors au niveau du nez, des voies respiratoires, des yeux ou de la peau. Une fois l’allergie déclarée, les symptômes continuent d’apparaître à chaque saison froide.

Éliminer les acariens pour limiter le risque d’allergies

Si le diagnostic d’allergie aux acariens est établi, il devient urgent de prendre les mesures qui s’imposent, en intervenant à plusieurs niveaux. Il faut avant tout réduire la quantité d’acariens dans l’environnement de la pièce, en faisant le ménage d’une manière régulière et minutieuse, en utilisant des filtres spécifiques pour l’aspirateur robot Proscenic 850T, d’aérer correctement, de dépoussiérer la maison, et d’adopter des tissus anti acariens pour la literie.

A lire  Notre avis honnête sur l'aspirateur balai Orfeld

Néanmoins, même dans les maisons les plus propres, et même avec les aspirateurs sans sac ou les lave-linges les plus performants, il n’est pas possible de se débarrasser totalement des acariens. Pour combattre ces hôtes indésirables, il est recommandé d’éviter les oreillers en plumes et les moquettes, d’opter pour des stores au lieu des rideaux, et de poser des sols lavables à la place des moquettes et des tapis. Il est également préférable d’utiliser un sommier à lattes plutôt que des ressorts, avec un matelas en matière synthétique, recouvert par une housse spécifique anti acariens.

Quand il y a une moquette, il est essentiel de la shampouiner, et de laver les oreillers à la machine. Les vêtements sont préférablement rangés en dehors de la chambre à coucher, en évitant de les entasser et en fermant les armoires qui les contiennent pour éviter les dépôts de poussière.

Certaines solutions naturelles peuvent être appliquées sur la literie pour lutter contre les acariens, comme les huiles essentielles de fenouil, de thym, de verveine, d’origan, de lavande, de citronnelle ou de verveine.

Adopter une hygiène irréprochable

La lutte contre les acariens passe irrémédiablement par l’instauration d’une hygiène impeccable tout au long de l’année. Le grand ménage doit être une opération régulière et minutieuse, tout en veillant à aérer les pièces afin de réduire le taux d’humidité.

L’aspirateur doit être passé partout, même sur les canapés et les matelas, et les meubles doivent être dépoussiérés avec un chiffon légèrement humide pour éviter de disperser les acariens. Pour préserver la literie, il est important de laver les draps et les taies d’oreiller une fois par semaine, en sachant que les acariens redoutent les hautes températures. Quant aux couettes, duvets ou coussins, ils doivent être lavés une fois par mois à une température importante. Par ailleurs, il ne faut pas hésiter à nettoyer régulièrement les jouets rembourrés comme les peluches.

A lire  Comment choisir la meilleure caméra espion ?

Pour se débarrasser des acariens, il faut prêter la plus grande attention à la literie, y compris le matelas, les oreillers, la couette et le linge de lit. Le matelas peut être nettoyé régulièrement au bicarbonate de soude, et protégé avec une housse spéciale, qui empêche les acariens de se propager vers les taies d’oreiller et les draps. Pour le linge de lit, il est préférable d’opter pour des matières synthétiques, qui ne sont pas appréciées par les acariens.

Comme les acariens détestent les hautes températures, une astuce simple consiste à repasser systématiquement le linge de lit avec de la vapeur pour l’assainir.

Choisir le bon oreiller pour limiter les risques d’allergies

Pour certaines personnes souffrant d’allergies respiratoires, une literie spécifique peut être nécessaire, et notamment un oreiller en matière hypoallergénique. Les éléments de literie sont en effet des endroits de prédilection pour la prolifération des acariens, car ils renferment diverses substances corporelles comme la sueur, la salive, les cheveux, les poils ou les débris de peau morte.

De ce fait, l’aération et le nettoyage régulier de la chambre, ou le lavage du linge de lit, sont de bonnes habitudes à perpétuer, mais ils peuvent ne pas suffire contre les allergies. Il est parfois utile de changer d’oreiller, en privilégiant certains matériaux spécifiques. Ainsi, il est préférable d’opter pour un garnissage synthétique comme le latex ou la mousse viscoélastique, qui sont parfaitement adaptés aux personnes qui souffrent d’allergies respiratoires.

A l’inverse, les coussins en plumes d’oie ou de canard sont particulièrement favorables au développement des acariens. Certains rembourrages naturels comme le bambou présentent toutefois des propriétés antibactériennes, anti acariennes et antifongiques.

Il existe également des oreillers en plumes ou en microfibres, qui ont subi des traitements spécifiques contre les acariens, les bactéries et les champignons. Il devient alors possible pour les personnes allergiques d’acquérir un oreiller en plumes, à condition de vérifier auprès de la boutique de literie ou du site marchand s’il a bien été traité.

Quel que soit l’oreiller hypoallergénique choisi, il ne faut surtout pas négliger son nettoyage et son entretien, ainsi que l’aération de la chambre.