Actualité

Investir grâce au dispositif Pinel

En fin d’année 2020, la ministre du logement, Emmanuelle Wargon, avait annoncé le prolongement du dispositif Pinel. Cette déclaration montrait alors sa volonté de poursuivre la construction de nouveaux logements et ainsi soutenir la relance de ces derniers.

L’immobilier neuf et l’investissement Pinel

Le dispositif Pinel, instauré depuis 2014 par Sylvie Pinel, a pour but d’accompagner financièrement la population qui souhaite investir dans l’immobilier et a pour objectif de la relance des constructions immobilières.

De ce fait, lorsque vous décidez d’investir dans un bien immobilier neuf ou ancien, il vous est possible, selon divers critères, de bénéficier de ce dispositif et ainsi prétendre à divers avantages notamment fiscaux, ce qui permet alors de réduire les coûts de votre investissement.

Parmi ses avantages, nous retrouvons donc :

  • La défiscalisation qui permet de profiter d’une réduction d’impôt selon le montant et la durée de location de votre bien. Les engagements de location Pinel peuvent être de 6, 9 ou 12 ans. Attention, le pourcentage de réduction accordé ne sera pas le même en fonction de l’engagement choisi.

  • Dans un plus long terme, le dispositif Pinel vous permet de vous constituer un patrimoine sûr. Effectivement, lorsque votre engagement Pinel vient à terme, deux choix s’offrent à vous : revendre ce logement pour augmenter votre capital ou alors le considérer comme résidence principale ou secondaire.

  • Investir en Pinel peut également améliorer votre propre qualité de vie et préparer votre retraite grâce aux loyers que vous percevrez, ceci vous permet ainsi de bénéficier d’un complément de revenu.

Néanmoins, afin de profiter de ces avantages ci-dessus, certaines conditions d’éligibilité sont à respecter.

Louer avec le dispositif Pinel : les conditions d’éligibilité

Pouvoir louer grâce au dispositif Pinel requiert d’investir un logement avec des critères bien particuliers. Effectivement, tous les logements ne sont pas éligibles, il est alors nécessaire de respecter ces plusieurs conditions pour pouvoir profiter de ce dispositif.

Premièrement le logement devra être acquis neuf ou en Vente en l’Etat Futur d’Achèvement (VEFA). Attention, s’il est issu de l’immobilier ancien, celui-ci devra alors être rénové de manière à détenir les mêmes caractéristiques qu’un bien neuf. De ce fait, le logement doit être construit ou rénové sous certaines normes mises en vigueur telle que la RT2012. Ainsi celui-ci bénéficiera d’une consommation d’énergie moindre comparé à un logement dit “énergivore”.

Il faut également faire attention à l’emplacement de votre investissement puisque ce dernier doit se situer dans le zonage Pinel éligible nommé A, A bis, B ou B1.

Vous devez offrir à la location un logement non meublé qui sera occupé en tant que résidence principale par vos locataires. La location devra d’ailleurs être effectuée au maximum 1 an après la construction de l’immeuble concerné.

En plus de ces conditions ci-dessus, il vous faudra respecter les plafonds de ressources de votre locataire et les plafonds de loyer Pinel.

2023 : des changements à prévoir pour les avantages fiscaux du dispositif Pinel

Annoncé dans le bulletin officiel des Finances Publiques, le dispositif Pinel connaîtra plusieurs changements d’ici 2021, notamment sur ses avantages fiscaux en 2023.

Effectivement, ces derniers seront vus à la baisse de manière progressive à partir de 2023 et ce jusqu’en 2025. Toujours d’actualités pour les années à venir, les pourcentages de réductions d’impôts se verront alors impactés.

Si vous vous êtes engagés à louer votre bien pour une durée de 6 ans, jusqu’ici, la réduction d’impôts s’élevait à 12%. D’ici 2023, ce pourcentage sera égal à 10.5% puis 9% en 2024.

Pour les engagements de 9 ans de location, cette réduction s’élèvera à 15% en 2023, puis 12% en 2024 ; tandis que jusqu’à lors, celle-ci s’élevait à 18%.

Puis passant de 21% à 17,5% pour l’année 2023, ce pourcentage sera égal à 14% pour un engagement de location de 12 ans en 2024.